Interview

Viewing posts tagged Interview

Black Milk live with Nat Turner @Vk* (Partie 1/2 : le concert)

Bottles to the good life, no more hood life

—— Black Milk, Bounce

 

Detroit, au Michigan, est une super ville ayant produit des merveilles telles que The Temptations, The Supremes, The Stooges, Funkadelic, Milt Jackson, Slim Gaillard, Aretha Franklin, Yusef Lateef, J Dilla, The White Stripes, Eminem et Karriem Riggins.  Malgré le fait que beaucoup d’entres-elles nous aient quitté depuis longtemps, la ville demeure régulièrement féconde en nouveaux talents, comme nous l’avons vu récemment avec l’émergence de numéros tels que Danny Brown (qui se produira à Bruxelles le 28 Février prochain), Clear Soul Forces, ou la renaissance elle-même avec le troisième (ou est-ce le quatrième ?) retour de Slum Village. Il s’agit également de la ville qui a vu naître Curtis Cross, également connu en tant que Black Milk, il y a de cela trente années. Bien que Motor City puisse traverser tous les déboires imaginables, elle peut se reposer sans crainte sur la capacité de ses artistes à la représenter à travers le monde.

 

Dans son album No Poison, No Paradise, Black Milk se lance encore plus profondément dans l’introspection, comme le présageait sans doute Album of the Year, et comme il le montre avec la chanson d’ouverture Interpret Sabotage qui semble décrire des souvenirs de son enfance dans les rues de Detroit. Ville qui, tout comme l’album, est parsemée de conflits. De pilules bleues et de pilules rouges. D’analogue et de digital. De routes qui peuvent être parcourues pour l’éternité, avant d’être préférées à des meilleures, ou à des pires. La couverture de l’album, sombre, inspirée par le style de George Clinton, est parsemée d’illustrations de parties variées des paroles des chansons, chansons qui sont parfois encore plus sombres que la couverture même. Avec Deion’s House, la seule produite en grande partie par Will Sessions, l’histoire débute et nous rencontrons un jeune glandeur, un peu voyou sur les bords, sans doute pas méchant mais aux habits qui empestent l’herbe et qui se trouve obligé d’attendre chez Déon afin que son ami Sonny — dont les parents, ultra-religieux, tentent de protéger de toutes les influences empoisonnées qui grouillent les rues — sorte de chez lui afin de le rejoindre. La minutie des détails de cette chanson ne peuvent qu’emporter l’auditeur dans le monde des interrogations et du doute quant à la part de réalité et d’inventivité artistique qui prend place dans les mots choisis. Peut-on en effet s’attendre à la même candeur exprimée auparavant dans Distortion (Album of the Year), la chanson qui retraçait les évènements qui avaient eu un impact important sur le rappeur durant l’année 2009 — ou Black Milk se

Le personnage principal de No Poison, No Paradise est donc un gamin du nom de Sonny, dont l’histoire est en grande partie influencée par la vie de Black Milk et, en plus petite partie, par la vie des nombreuses personnes dont le chemin a traversé celui de l’artiste à un moment ou à un autre de son parcours. En tous cas, c’est ce qu’il affirme. L’histoire débute avec la deuxième chanson de l’album et finit avec la dernière. Elle reçoit une fin appropriée avec Poison, une chanson bonus disponible sur iTunes, dont la construction judicieuse des mots permet à l’artiste de lancer une série de clins d’oeil aux divers thèmes abordés par les autres titres de l’album.

Au fur et à mesure que les chansons se succèdent, l’histoire se révèle être un profond rêve dans lequel Sonny voit se succéder des images du passé et du présent, d’erreurs et de succès — des images de sa vie, en somme. Les paroles donnent l’impression d’avoir été façonnées avec un soin particulier, et l’on se rend compte que le rappeur ne rigolait pas lorsqu’il disait travailler quotidiennement sur sa musique jusqu’à pas d’heure. Lorsque c’est au tour de Sonny’s dreams de sortir ses notes, on sent que le producteur reprend la place qui est sienne. Sur cette chanson où apparaissent des gagnants du Grammy tels que Dwele et Robert Glasper Jr., l’auditeur est embarqué dans un voyage empli de subtilités musicales qui le laisseront dans un état second… Jusqu’à ce que Sonny soit forcé de se réveiller et que la chanson, qui regorge de sample de gospel et d’une qualité de sample vocaux à la Black Milk nous rappelle avec sourire les jours de Popular Demand. Des chansons parsemées de soul qui permirent au jeune Curtis de se retrouver dans la proximité de génies de l’acabit de Slum Village et J Dilla. Et c’est alors qu’apparaît une autre touche d’innovation, au moment même où dimanche finit et laisse place à lundi et qu’une nouvelle façon de concevoir le break sur un beat Hip-Hop s’affirme comme une nouvelle arme dans l’arsenal musical du style de Black Milk. Puritan Ave, avec son break qui sample du jazz fusion ne fait que le confirmer : s’il fallait trouver un album qui représente l’avènement de Black Milk, il s’agirait de No Poison, No Paradise. Ceux qui parurent auparavant ne furent que des apéritifs, car le jeune producteur peaufinait encore le type de son qu’il considérerait sien : non pas aussi inspiré par la soul comme sur Popular Demand, ni aussi électronique que sur Tronic, moins conflictuel que sur Synth or Soul, mais bien mieux poli et travaillé qu’auparavant, No Poison est la nouvelle carte de visite de Black Milk.

 

 

 
 
  

Give me the hi-hat groove

—— Black Milk, Try

Black Milk live at VK*, Brussels — 26.11.2013
 
 

black milk

Black Milk s’est assigné comme but de parvenir à produire le type de musique capable d’affecter considérablement les oreilles des personnes qu’elle atteint. De la musique que l’on écouterait au fil des années, que l’on redécouvrirait avec chaque nouvelle décade et que l’on parviendrait, finalement , à apprécier à nouveau. A apprécier différemment. De la musique pure. De là à savoir si le jeune rappeur a atteint son objectif, d’aucuns ne pourront faire autre chose que réfléchir vaguement. Mais personne ne serait capable de renier la maturation de l’homme qui nous a offert Sound of the City, en 2005. Encore davantage après avoir assisté à une de ses performances live, comme il m’en a été donné la chance lors de son dixième arrêt dans son grand tour d’Europe, accompagné de son groupe Nat Turner (dont les membres sont Ab, Malik Hunter et Zeb Horton).

 

Moins d’un mois auparavant, la salle du Vk* avait été honorée par la présence de Madlib, également connu en tant que Lord Quas, le Beat Kondukta ou encore le Bad Kid. Il s’était mis en tête de créer un DJ set de pure magie — et y était parvenu. Mais cela ne m’avait en aucun cas apprêté à l’expérience prestée par Nat Turner, encore une fois. En effet, j’avais déjà eu l’occasion de les voir sur scène avec Black Milk durant un festival, quelque part en Allemagne, il y a quelques années… A ce moment, ils parcouraient l’Europe pour présenter Album of the Year, le pénultième album de Curtis. Déjà en cet instant, j’avais pu sentir les moindres tréfonds de mon âme se remuer et s’agiter au rythme de leurs instruments. Ces souvenirs me berçaient pendant qu’Ab en profitait pour faire irruption sur scène, toujours plongée dans la pénombre, en prenant place face à son clavier Roland X7, rapidement rejoint par Malik Hunter qui prit sa guitare basse encore plus silencieusement que son partenaire tout en regardant Zeb Horton — enfin parvenu à se frayer un chemin à travers son kit de batterie — et le DJ prendre leurs places respectives.

black milk 2

Aussitôt que les premières notes de la guitare de Malik se hissèrent sur les ondes, la foule, toujours aussi timidement élusive en début de concert, prit place en masse et Black Milk apparut sur la plateforme, juste à temps pour donner au concert le sens qui paraissait lui manquer. Car il s’agissait après tout d’une performance, et que toute performance nécessite un bon conducteur. En effet, sans son apport, lyrique notamment, il aurait été bien ardu de reconnaître les chansons jouées avec l’interprétation de haute volée qu’apposait Nat Turner dès le tout début du concert, illustrée par un Keep going dont seules les paroles le rappelaient aux mémoires.

Ils ne s’arrêtèrent pas là et improvisèrent à nouveau sur Welcome (Gotta go) et Try, chansons phares des albums — respectivement — Album of the Year et Tronic. D’une façon pas si différente que cela d’Oddisee, qui s’est également produit à Bruxelles il y a quelques semaines, Black Milk avec Nat Turner offrit à son public une performance musicale à laquelle on n’assiste que sporadiquement dans l’arène de la musique Hip-Hop, en ce que sur chaque musicien pèse une tâche essentielle dans l’ensemble et que seule ses capacités et virtuosités personnelles lui permettront de hisser l’entièreté du groupe dans des sphères rarement atteintes lors d’un concert live.

black milk 3

Car avec Black Milk et Nat Turner, il faut aborder les termes “groupe” ou “formation” de la même façon que lorsqu’on les associe à d’autres styles tels que le rock ou le jazz. Effectivement, après avoir assisté à la dynamique qu’ils partagent sur scène, il n’y avait peu de doutes à porter au fait qu’ils se connaissaient et jouaient ensemble depuis la nuit des temps. L’alchimie qu’ils partageaient m’ont fait me demander si l’expérience pouvait ressembler à celle de The Roots live. Cette alchimie était visible et clairement palpable lorsque Zeb Horton se mit à reproduire exactement la succession de sons de batterie qui lui était indiquée par le conducteur, Black Milk, sur une improvisation de Bounce, une autre chanson de Tronic.

Elle l’était également lorsque Black Milk se mit subrepticement à l’arrière de la scène afin de laisser un espace raisonnable pour que Malik Hunter et Ab détruisent le breakbeat comme il se devait. Et non sans surprise, mon corps se mit à la ressentir également, alors qu’il se bougeait à l’unisson de chacun des coups de la batterie de Horton, qui me firent rapidement penser à ceux qu’aurait pu donner un gorille en pareille situation — s’il venait jamais à quelqu’un l’idée d’offrir un kit de batterie à un gorille. La réalisation d’être témoin d’un évènement unique semblait partagée par tous; en tous cas, je choisis de le déduire du sentiment de calme bonheur qui semblait avoir un peu attrapé le public dans son entièreté, y compris cette jeune fille qui n’avait jamais entendu parler de Black Milk auparavant et que j’étais parvenu à emporter pour la route.

Et quelle route ce fut. Je ne pourrais honnêtement estimer le temps que dura le concert, malgré le fait que je m’étais retrouvé à noter frénétiquement les noms de toutes les chansons que je parvenais à reconnaître malgré la myriade de disparités apportée par les ré-interprétations du groupe. Je me souviens toujours des dernières chansons jouées, de Deadly Medley et de Losing Out, de Distortion et de The Matrix. De Ring the Alarm. Il est très probable que je m’en souvienne particulièrement bien en raison du fait qu’il s’était agi de l’encore le plus long auquel il m’ait été donné d’assister. Sans doute le plus jouissif également, auprès d’un public ressuscité. Alors que le show se terminait, mes oreilles bourdonnaient encore pendant que j’engloutissais la dernière bière qui traînait. Mon esprit était toujours perché sur un nuage, sans doute propulsé là-haut par la musique, sans doute ne reviendrait-il pas; je n’en pris cure cela-dit et traînait mes pas à travers un long corridor qui mena à un deuxième long corridor qui me mena lui-même à un petit escalier. Au bout du tunnel, une pièce de taille modeste et, à l’intérieur, probablement à m’attendre : l’artiste.

black milk 4

Afin de savoir ce qui m’a valu ma présence dans cette loge et le but de celle-ci, rendez-vous ici-même très prochainement !

 
——— version française écrite par Huru pour Beatchronic ; interview réalisée par Beatchronic, Da Bluefunk et Huru.  

 

L’interview en 13 points de : Fafa Ruffino

1) Quels sont vos plus anciens souvenirs de musique ? En d’autres termes les sons de votre enfance c’était plutôt…

Fela kuti, king soni Adé, Bella Bello, Myriam Makéba, beaucoup de Rumba congolaises, James Brown, les artistes locaux comme Les polirythmo, GG Vickey, sagbohan danialou, Tohon satan, Dossou letriki, Adjahui, Edith Piaf, Bob Marley, Ella Fitzgerald, Aretha franklin et j’en passe.

2) Comment qualifieriez-vous votre identité artistique ?

Je suis une multi culturaliste compte tenu de mes origines mais c’est vrai que j’ai un attachement particulier pour la musique traditionnelle,  l’afro beat et la soul. J’ai donc une identité tradi moderne qui puise sa source dans la musique traditionnelle et contemporaine.

3) Quelle part de votre vie personnelle se retrouve dans vos chansons ? 

Chaque morceau est une part de moi, de mon quotidien vu que c’est le reflet d’émotions ressenties à un momenT de ma vie.

4) On vous entend mêler le jazz, la soul, le funk aussi, des influences africaines ; à quel point croyez-vous au mélange des genres ? Seriez-vous intéressée par des associations plus extrêmes ? Si oui, lesquelles ?

 La musique est universelle et surtout ouverte à tout métissage donc quand on est passionné, on a tendance, à chaque fois, à aller chercher plus loin dans l’exploration des possibilités de mélange. Du coup pourquoi ne pas associer les instruments traditionnels d’Afrique de l’ouest à de la Polka, ou du rock métallique ou du dub ? Bref, tout est possible, c’est juste une question de juste milieu à trouver pour créer la fusion.

5) Vous bénéficiez d’une certaine expérience d’actrice, ça vous aide pour des performances live ? 

La comédienne déteint toujours sur la chanteuse sur scéne c’est inévitable.


6) Quel genre de sons (en dehors d’un instrument de musique) appréciez vous ? Pourquoi ?

J’aime le bruit des klaxons, c’est le signe qu’il y a de la vie autour de moi car je déteste la solitude même si parfois j’en ai besoin. Le son des vagues sur la jetée m’apaise, le chant des oiseaux, du coq le matin, le tchouk tchouk du train, et j’aime le silence qui précède chaque chant de cigales…

7) Quel genre de sons avez-vous en horreur ? Pourquoi ?

 Je n’aime pas les hurlements ou les cris , les claquements violents de portes, le crissement des pneus de voitures. Tout cela pour moi ne présage rien de positif…

8) Le rôle de la musique pour le société, selon vous, c’est…

La musique est éducative, constructive, apaisante, dénonciatrice de maux et surtout, unifie les peuples. Elle permet un vrai brassage culturel entre les individus de divers nations et par-dessus tout permet de rêver et de voyager dans la tête vers des horizons inconnus.

9) Vos projets dans un futur proche ? 

Mon projet actuel, c’est la préparation du nouvel album.

10) Votre souhait le plus cher ? 

Mon souhait le plus cher dans le travail est de réaliser un projet d’orphelinat sur lequel je travail avec d’autres artistes, on croise les doigts pour tout boucler.

11) Pour vous, qu’est-ce qui distingue un grand musicien d’un amateur ? (on parle bien ici de talent, pas de notoriété)

La passion, l’acharnement au travail, le goût de l’aventure, l’exploration de sonorités nouvelles et une humilité à faire pâlir d’envie un centenaire.

12) A votre avis, comment séparer le succès ou ses convictions artistiques des relations bien placées et du superficiel ?

Il faut avoir la tête sur les épaules. Apprendre à écouter les autres et surtout se dire que le plus important dans toutes ces paillettes c’est l’humain et non les moyens qui nous entourent. En gros il ne faut pas se perdre soi même en cours de route car le succès est provisoire et le métier réserve souvent des surprises.

13) Se faire une place dans le milieu artistique est très difficile, des conseils pour ceux parmi nos lecteurs qui veulent tenter l’expérience ?

Mon dernier mot est qu’il ne faut jamais se décourager car c’est dur comme dans tout métier. Face aux échecs il faut se relever et se dire que nombreux sont passés par là et s’en sont très bien sortis donc c’est possible. Mais comme on me l’a souvent répété moi-même, seul le travail paye il ne faut pas se tromper là-dessus… 

Interview : Naâman

S’inscrivant dans un Reggae énergique, simple, mélodieux et surtout propre à lui, Nâaman vous propose une musique agréable à écouter en tout temps! Et pour vous, chers lecteurs, il a bien voulu répondre à quelques questions que voici… Enjoy !

Read More

Caminando con Chicos y Mendez

Une voix troublante de sincérité et porteuse d’un message engagé, tel est l’instrument maître de David qui nous confie tant ses espoirs que sa révolte dans ses textes écrits à la frontière entre la langue de Molière et celle de Cervantes.

Read More

Interview : GangBang in HongKong

Aujourd’hui on vous présente du Belge, du vrai. Nous avons eu le plaisir de poser des questions au groupe GangBang in HongKong, et d’en recevoir des réponses précises et intéressantes. Issu d’un mélange de plusieurs environnements musicaux différents, le résultat nous offre un rock plutôt atmosphérique et totalement atypique. C’est par les réponses de Fanny Gillard, chanteuse et porte-parole du groupe pour l’occasion, que nous allons en découvrir un peu plus sur leur univers…

Read More

Interview : Pumpkin

Pour notre 16ème interview, BeatChronic vous invite  à vous immiscer dans le ghetto boom-bap des légumes, là, où la reine citrouille déboite les instrumentales. La dénommée “Pumpkin”  est cette rappeuse française, baignée dans des influences catalanes et françaises, qui sait comment percuter votre attention.

Read More

Interview : The Fouck Brothers

Deux frères, deux univers musicaux qui se rejoignent : Gil grandit au milieu des ordinateurs, des boîtes à rythmes et autres «machines à musique», tandis que Julien, passionné par sa guitare, s’intéresse davantage aux instruments à cordes, ainsi qu’aux amplis qui sentent bon la bière et le rock’n roll … Interview d’un groupe pas comme les autres…

Read More

Interview : Anthony Circus et Circus Cafe

Si il est intéressant d’avoir des articles sur la musique qui se veut plus décalé de ce monde commercial, il est aussi intéressant d’avoir des articles sur ceux qui trouvent en ce monde une jolie voie pour percer et c’est tant mieux si j’ose dire! Avis aux amateurs de cette manière de voir, cet article vous plaira (et le groupe aussi je l’espère ;p)!

Read More