Barbarossa : le pirate de la nu-folk anglaise
28 Mar 2013

Barbarossa : le pirate de la nu-folk anglaise

  En ce 19 Mars, quelques rédacteurs

28 Mar 2013

 

En ce 19 Mars, quelques rédacteurs de Beatchronic ont vogué sur une étrange galère…

Avec James Mathé, de son nom d’artiste Barbarossa, en capitaine de navire, nos têtes ont pris le large le temps de 3 chansons, laissant un goût de trop peu. Ça tombe bien, on ira étancher notre soif de découverte le 8 Mai aux Nuits Botanique… Et on vous invite bien sûr à rejoindre l’aventure.

Avec sa voix d’une douceur sans fin, on a envie de le suivre, où qu’il aille, sans se poser de questions. Et sans savoir où il va, on sait au moins d’où il vient : son univers, c’est l’Angleterre, c’est Londres le soir, la Mystérieuse. Il nous y emmène, yeux fermés et les deux mains sur ses consoles, sa voix enveloppée d’une ambiance électronique envoûtante.

J’ai dégoté une petite rooftop session de « The Load », morceau-phare de son dernier EP « Butterfly Plague ». (Vous pouvez admirer la superbe vue sur The 30st Axe Mary Tower londonienne, alias The Gherkin (le cornichon)).


« We fall all down the road and we follow down the avenues »

L’artiste anglais fait actuellement la première partie de Poliça, qu’il quittera à partir de Mai pour suivre le groupe Junip. Tout va bien, parce qu’en plus il a signé avec le label Memphis Industries, histoire de nous sortir un nouveau petit album en 2013…

Et si jamais vous regardez How I met Your Mother, il paraît qu’il a fait couler des larmes à la fin d’un épisode avec son morceau « Stones » (de son premier album « Chemical Campfires »).

« Every stone, a story that weighs me down »

Passez faire un petit tour sur son MySpace ou sa page Facebook pour, vous aussi, perdre la tête dans des cieux agréables.

http://www.barbarossamusic.com/

Leave a comment
More Posts
Comments
Comment