rock psychédélique

Viewing posts tagged rock psychédélique

Moaning Cities : le rock psyché à la belge

14h30, scène Côté Cour, c’est déjà le coup de cœur à Esperanzah ! Moaning Cities a redonné vie aux Doors. Et ils sont de chez nous ! Enfin, à l’exception de Tim, le guitariste… ou sitariste. Mais on lui pardonne, Lille, c’est presque la Belgique.

Read More

24.04.14: Suns of Thyme (+Lazy Sin) : entre interview fleuve et torrent psychédélique

Il est un peu plus de 23 heures. Les habitués traînent au bar. Entassés dans la minuscule arrière salle du DNA, Toby, Tim, Jens, Jascha et « Medusas Echo » se prêtent finalement au jeu de l’interview, après 9 heures de route et un set qui a tenu ses promesses, amorcé par l’énergie contagieuse des belges de Lazy Sin.

Des quinze minutes réglementaires, la discussion s’étendra finalement à une heure. Comme sur leur album « Fortune, Shelter, Love and Cure », les cinq allemands ont des choses à dire. Quelques mots-clés pour remettre de l’ordre dans nos idées, entre interview fleuve et torrent psychédélique.

Read More

Jacco Gardner au Bota 05/12

C’est à cause de ce  froid de canard que nous sommes allé nous réchauffer de bons sons le mercredi 5 décembre au botanique. Les bruxellois de Moaning Cities  et les hollandais de Jacco Gardner présentaient en effet leur dernier opus dans l’Orangerie.

a2986392573_2

Moaning Cities se décrit comme un groupe alliant des racines blues avec du rock’n roll et un peu de post-rock psychédélique. On ne peut être déçu de leurs 7 titres joués live tant l’énergie était positive. Les 4 titres de leur EP éponyme seront joué, mais pas seulement. Agrémenté de 3 chansons exclusives, la sitar emmène des sons comme Heaven/Abyss au delà de la psyché , nous rappelant parfois The Doors tandis que des sons plus rock (Coal is mine) altèrent les applaudissements de la salle et la voix railleuse du chanteur et de la magnifique chanteuse/bassiste.

Aussi la très bonne Wandering Souls qui commence crescendo à la guitare sèche met le public en furie.

See you fall est leur dernier morceau et c’est la qu’ils lâchent toute la sauce, entrant en transe totale et faisant durer le plaisir une bonne dizaine de minutes, chaque instrument improvisant à son tour.

Si vous les avez raté, n’hésitez pas à aller les voir pour leur prochaine date, toujours au bota le 15 février 2014. Pour un apercu et un téléchargement gratuit de deux de leurs titres, rendez-vous sur leur bandcamp

http://moaningcities.bandcamp.com

 

Après un quart d’heure de pause, quelques poussées pour parvenir aux quelques bières désirées et de sympathiques rencontres nous nous redirigeons vers l’Orangerie (un peu moins pleine à craquer) pour Jacco Gardner.

 

Ce jeune bonhomme signé sur les labels Exelsior Recordings en Europe et Trouble In Mind aux States, nous envoie dans une ambiance musicale des années ’60 faisant penser à des groupes comme The Yardbirds, The Kinks ou encore Syd Barett (la comparaison est osée mais non négligeable !). En effet, deux synthés (un plus électro) agrémentent la guitare, la basse ainsi que la batterie pour présenter leur album sobrement intitulé Cabinet Of Curiosities, cet album nous offre une heure de voyage dans un monde féérique et excentrique faisant vaguement penser à celui d’Alice au pays des merveilles.

 

maxresdefault

Pour chauffer le public, il commence par le titre éponyme à l’album (exclusivement instrumental) pour montrer ce dont lui et son groupe sont capables d’un point de vue instrumental.

Le mood est lancé et le public suit sans retenue. L’intro rythmique de Puppets Dangling s’allonge de quelques minutes et nous entendons enfin la douce voix de Jacco et des chœurs.

Les chansons se succèdent, toutes meilleures les unes que les autres en live surtout Watching the moon, Clear the air et bien entendu la fameuse The Ballad of Little Jane.

Après avoir joué presque l’entièreté de son album, il s’en va en remerciant le public et revient en rappel pour extasier les spectateurs restant d’un Lullaby d’une dizaine de minutes ou le batteur (en particulier) expérimente avec son mic pour finir en beauté.

 

A la sortie, les deux groupes vendent leurs vinyls/cd’s avec succès, ayant conquis l’entièreté du public.

On retiendra de  cette soirée les salles bondées, l’ambiance bon enfant (si ces groupes se produisent en festival, je serais curieux de voir l’ambiance en plein air) et le son de qualité.