Vince Romeo

Viewing posts tagged Vince Romeo

JeanJass et Caballero, la double hélice bien huilée

Voilà un bon moment qu’ils font parler d’eux dans notre petite Belgique, chacun de leur côté. Aujourd’hui, la francophonie entière connaît leurs noms et leurs flows : Caballero et JeanJass sont incontestablement devenus des poids lourds du rap belge. Alors quand un projet commun voit le jour, ne pas y jeter une oreille serait une belle erreur. Ils ont souvent collaboré, mais leurs univers très différents seront-ils en osmose sur tout un projet ? On espère leur dire Merci Beaucoup à la fin de l’écoute.

JJ Caba

Durant cet album, on sent que les deux MCs veulent s’amuser et divertir le public, et ce dès la première piste. L’égotrip, cet exercice de style si cher au rap, y est très présent. C’est sur un ton léger que JJ et le Pharaon Blanc s’autoproclament comme les meilleurs, mais  pas seulement. Les trois extraits dévoilés avant la sortie étaient d’ailleurs annonciateurs de cela. Repeat, accompagné de son clip, était le premier avant-goût et nous étions surpris de la tournure du morceau. Simple délire? Non, vu que Yessai appuyait ce choix mais en plus réussi. Sur un beat relativement calme de Mowley accompagné de la guitare d’Antoine Romeo. Ils deviennent millionnaires et se permettent tous les abus, de l’achat d’un héliport au foie gras gaspillé.  Du pur entertainment, et Merci Beaucoup est encore une fois dans cette lignée. Le refrain est entêtant, ce titre a le potentiel d’un tube, à leur échelle bien sûr. S’ils ont préféré mettre en avant ce côté joueur lors de la promo, l’album ne contient évidemment, et heureusement, pas que ça. On connaît les plumes des deux gaillards et elles ne se limitent pas à gonfler leurs égos avec de multiples hyperboles.

Plusieurs titres sont à mettre en lumière, comme Rien de grave “Je tombe, je me relève ». Une invitation à ne pas se laisser abattre par les épreuves de la vie et rester positif quoiqu’il arrive. Comme si rien ne pouvait les atteindre, les deux rappeurs vont de l’avant. C’est un sujet souvent exploité mais le répéter ne fait pas de mal,  et Vince Romeo aux cuivres apporte une autre dimension au morceau.

Dans Elle me veut, ils abordent le thème de l’amour. Et pour se faire, quoi de mieux que de sampler Vanessa de Doc Gynéco, bien d’actualité avec la réédition de son grand classique Première consultation. Le morceau est sensuel et plus dédié au désir charnel qu’au grand amour.

JJ Caballero

Le dernier titre, Oh merde, est le plus sombre de l’album. Il reste malgré tout à l’image de l’album, très optimiste. Le refrain aurait pu faire penser le contraire, mais les couplets contrastent bien en montrant cette envie de vivre, de réussir en donnant tout. JeanJass s’occupe lui-même de l’instru, ses talents de producteurs étant tout aussi impressionnants que ses performances au micro.

En somme, l’album est très réussi dans son ensemble, très léger et positif, ça fait du bien. La petite crainte était qu’il y ait trop d’égotrip au vu des extraits, mais ils ont su l’utiliser intelligemment, de façon ludique et en faisant en sorte que chacun des morceaux ait son identité. Les morceaux un peu plus “conscients” de l’album montrent bien qu’ils n’ont rien perdu de leur plume, et leur combinaison marche du début à la fin. A noter aussi la présence inévitable de DJ Eskondo aux scratchs et de Le Seize pour certaines prods, on ne change pas une équipe qui gagne. Avec Double Hélice, JeanJass et Caballero prennent un peu plus leur envol.